Redécouvrir le plaisir de manger sainement est un choix et une attitude

Par nos choix alimentaires et en prenant conscience du plaisir de manger, du miracle de la nutrition et de ce qu’apportent à notre organisme les aliments que nous choisissons, nous contribuons au maintien de notre bonne santé.

Les repas sont destinés à nous procurer du plaisir

La sensation agréable que nous éprouvons à la pensée de manger quand nous avons faim, que nous sentons de bonnes odeurs de cuisine, ou que nous salivons à la lecture d’un menu, le bien-être que nous ressentons en mangeant, indique que les repas sont destinés à nous procurer du plaisir.

Chaque fois que nous cuisinons, que nous réalisons une recette, si nous sommes pleinement dans l’instant présent et que nous le faisons avec plaisir, nous nous préparons mentalement et physiquement à bien manger.

Le plaisir de manger passe par le choix des aliments. Il est important de bien choisir sa nourriture et de faire les bonnes associations. Il est important aussi de prendre le temps de manger et de savourer chaque bouchée.

En nous asseyant pour prendre notre repas pensez combien est merveilleux le miracle de la nutrition. Il va contribuer au plaisir de manger et faciliter la digestion et la bonne assimilation des nutriments.

Nous devrions commencer chaque repas avec respect, en l’appréciant, et en pensant : je vais, en mangeant, emmagasiner de la vie, de la force et de la vigueur.

Faites de l’acte de manger une fête mentale et spirituelle.

plaisir-de-manger-fete-mentale

plaisir-de-manger-fete-mentale

Le miracle perpétuel de la nature c’est ce processus qui s’opère dans notre corps par l’action de la nourriture, de l’air pur et du sommeil.

Cependant, nous n’y pensons pas suffisamment. Beaucoup de gens semblent croire qu’ils ont été créés une fois pour toutes.

Notre organisme et nos cellules se recréent sans cesse. À chaque bouchée que nous avalons, à chacune des bouffées d’air que nous respirons, la vie est une perpétuelle recréation.

Il n’y a rien de plus beau, de plus merveilleux que la transformation de la nourriture que nous absorbons en vie et en énergie dans notre corps.

Prenons-en conscience, plutôt que de manger par nécessité ou pour compenser, de manger vite et mal sans y penser et de n’y voir qu’une fonction purement corporelle.

En pensant ce que nous mangeons, l’aliment et son processus de création, nous pouvons faire de meilleurs choix de nourriture. Nous constatons qu’en plus du plaisir de manger nous profitons bien mieux de notre nourriture.

En dehors de tout ce que renferme de merveilleux, l’acte de se nourrir, le fait qu’il renferme aussi une recréation peut faire faire partie de notre système de penser et de vivre notre façon de nous alimenter.

Prenons l’habitude de considérer un repas comme quelque chose qui recrée notre vie, renouvelle notre pensée, notre vigueur, et vivifie en les augmentant toutes nos facultés.

Apprendre aux enfants le plaisir de manger.

Plaisir-de-manger-enfant©-Rido-Fotolia.com_.jpg

Plaisir-de-manger-enfant©-Rido-Fotolia.com_.jpg

On devrait apprendre aux enfants ce que cela signifie de se mettre à table avec la bonne attitude mentale. Leur donner l’envie de prendre leur nourriture avec gratitude, et plaisir.

Cela peut influencer et optimiser leur santé, leur bien-être général et leur bonheur. En plus de leur inculquer une bonne hygiène de vie qui influencera leur santé future.

Le repas pourra être l’occasion de connaître l’origine des produits que nous mangeons.

Découvrir de nouvelles saveurs en goûtant différentes recettes peut aussi aiguiser l’appétit.

Le processus digestif suit le processus mental, et coïncide avec lui. Le moment des repas doit être un moment de partage et de calme. Se mettre à table, prendre le temps de manger, en faire un rite familial dans le respect de la nourriture ne pourra être que positif.

« Manger, c’est surtout un acte agréable par la sensation de bien-être de calmer sa faim et par le plaisir des sens, plaisir des yeux, du nez et de la bouche, qui varie de façon infinie selon la préparation et la présentation des aliments.

Dans l’enfance, l’apprentissage du goût comme source de plaisir est un moment fort dans la relation entre parents et enfants, c’est pourquoi il ne faut pas forcer les enfants, mais juste les faire goûter ce qu’ils n’aiment pas. Les habitudes gustatives se prennent à cette période et …. la finesse du palais se transmet de père en fils. »  Dr Béatrice Sénemaud Doctissimo.fr

La présentation ajoute au plaisir du palais et augmente l’appétit.

plaisir-de-manger-presentation

plaisir-de-manger-presentation

Notre appétit est aussi puissamment influencé par notre humeur et par la vue.

Un soudain accès de colère nous enlève l’appétit. La découverte, dans nos aliments, de choses qui dégoûtent, produit le même effet.

Nous pouvons être par l’apparence et l’arrangement de la table et par l’environnement dans lequel nous prenons notre repas, mis en appétit ou au contraire ne plus avoir faim.

Nous pouvons ainsi constater quelle puissance possède la pensée pour qu’elle puisse ainsi nous couper l’appétit.

Non seulement notre appétit est augmenté par un environnement agréable et calme, mais cela a une influence qui apaise l’esprit. Notre santé en est aussi fortifiée.

Même un repas, très simple, s’il est bien présenté va solliciter l’appétit et sera bien plus bénéfique pour l’organisme qu’un repas pris dans une ambiance bruyante, sur un coin de table, par exemple.

Le plaisir de manger ne doit pas forcer l’appétit.

plaisir-de-manger-appetit

plaisir-de-manger-appetit

Notre organisme va souffrir de trop manger. La plupart de nos problèmes de santé sont accrus par une nourriture trop copieuse ou trop riche.

Notre organisme nous indique quand il a faim et quand il est rassasié. Encore faut-il que nous ayons de bonnes habitudes alimentaires et que nous soyons à l’écoute de notre corps.

En mangeant lentement et en mastiquant bien chaque bouchée, non seulement nous facilitons le travail du système digestif, la digestion et une bonne assimilation des nutriments, mais nous sentons également naturellement quand nous sommes rassasiés.

Quand nous mangeons trop vite, la salive et les autres sucs gastriques n’ont pas le temps de dissoudre la nourriture, et les cellules qui réclamaient la nourriture n’ont aucun moyen de déterminer quand l’estomac en contient suffisamment.

C’est la porte ouverte à la somnolence d’après repas, aux maux divers qui sont provoqués par une digestion difficile et une prise de poids inévitable.

Le plaisir de manger doit s’associer à de bonnes habitudes.

plaisir-de-manger-bonnes-habitudes-billionfotolia-com

plaisir-de-manger-bonnes-habitudes-billion©fotolia-com

Nous avons tous expérimenté que la salive nous vient à la bouche quand nous avons faim et que nous sentons de bonnes odeurs de cuisine. Quand la sensation de faim est réelle, il est temps de manger.

Mais combien de personnes prennent leur repas uniquement parce qu’il est l’heure de manger, sans éprouver aucun appétit !

La régularité dans les repas a une grande importance, mais il vaut mieux supprimer un repas, en se contentant de quelque chose de léger, un jus frais ou un smoothie par exemple, plutôt que de prendre un repas uniquement parce qu’on a l’habitude de manger à cette heure-là.

L’ignorance de nos besoins physiques et des processus qui participent à sa croissance et l’entretien de notre organisme est un des grands ennemis de notre santé.

En étant à l’écoute de notre corps et en nous formant à la nutrition, nous pouvons optimiser notre santé, notre bien-être et notre puissance cérébrale.

Le plaisir de manger en connaissant les aliments qui nous sont profitables.

plaisir-de-manger-quels-aliments-adrian-hillman-fotolia-com

plaisir-de-manger-quels-aliments-adrian-hillman-fotolia-com

La Nature nous révèle instinctivement les choses qui nous sont profitables. Elle nous donne un désir instinctif des aliments les plus propres à construire et à nourrir notre corps.

Mais encore faut-il que notre régime alimentaire et de mauvaises habitudes n’aient pas perverti notre nature. Voilà une découverte qui en dit long sur notre capacité à bien nous alimenter.

« Des chercheurs ont identifié les neurones qui poussent à consommer une nourriture adaptée aux besoins énergétiques plutôt que des aliments riches.

L’équipe de Serge Luquet s’est donc intéressée à ce groupe de neurones de l’hypothalamus, bien connus pour leur rôle dans la prise alimentaire, puisqu’ils font partie du circuit qui maintient l’équilibre énergétique.

Pour les chercheurs, une exposition continue à des nourritures riches (graisse et sucre), pourrait avoir des conséquences induisant une désensibilisation de ces neurones (ceux de l’équilibre énergétique). » Anne Jeanblanc journal le Point

Le plaisir de manger est donc un élément de bonne santé à condition qu’il soit entretenu par de bonnes habitudes alimentaires et non pas perverti par des dépendances diverses et variées.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *